La Chine met la main dans nos infrastructures

DSC_0325_WEB

Les entreprises et banques chinoises sont dans nos murs. Les prochains locaux du palais des Finances (ministère, Douanes, DGI) et de la Cour des comptes sont exécutés par une firme de la République populaire de Chine. D’autres contrats pour plus d’un milliard de dollards sont signés. Les Chinois vont apporter le financement, faire les études, l’exécution et la supervision. /La-Chine-met-la-main-dans-nos-infrastructures-

« Le Gouvernement haïtien, à travers les Ministères des Travaux Publics, Transports et Communications (MTPTC) et de l’Agriculture, des Ressources Naturelles et du Développement Rural (MARNDR), a signé mercredi 24 septembre, un protocole d’entente avec China National Automation Control System Corp, une compagnie de construction de la République Populaire de Chine pour la mise en œuvre de quatre (4) projets dans les départements du Nord, du Nord-Ouest et de l’Ouest », a informé le bureau de communication du ministère de la Planification dans une note de presse rendue publique le jeudi 24 septembre 2015. « Il s’agit de trois projets d’infrastructures routières qui concernent notamment l’amélioration et l’agrandissement du corridor routier entre Malpasse et Port-au-Prince, la construction de la route Carrefour Joffre (Gonaïves) / Port-de-Paix, la construction d’un téléférique reliant Labadie et la Citadelle Laferrière. Le quatrième projet porte sur le renforcement des infrastructures agricoles via le Ministère de l’Agriculture, des Ressources Naturelles et du Développement Rural (MARNDR) », a expliqué cette note. Le ministre de la Planification et de la Coopération Externe, M. Yves Germain JOSEPH, selon la note, « a salué les efforts de la République Populaire de Chine pour accompagner Haïti dans son processus de développement ». Pendant la cérémonie de signature, a indiqué la note du MPCE, « le ministre Germain JOSEPH a également fait mention de plusieurs grands projets qui seront exécutés par la République Populaire de Chine au cours des années à venir, notamment la rénovation de l’aéroport international Toussaint Louverture dans le cadre de cette coopération qui existe depuis plusieurs décennies entre les deux peuples ». De son côté, « le représentant commercial de la République Populaire de Chine a réitéré la volonté de son pays de continuer à appuyer la République d’Haïti dans les domaines de l’infrastructure, de l’énergie et de l’agriculture ». « M. Jun Ling dit souhaiter que cette coopération se poursuive davantage sur la même lancée pour le bien-être des deux républiques », a rapporté la note. « L’exécution de ces quatre (4) projets inclus dans ce protocole d’entente permettra au pays d’être plus compétitif sur le plan touristique et plus apte à répondre aux besoins fondamentaux de sa population, ont conclu les signataires de ce document », a conclu cette note de presse. La note n’a pas communiqué de détails financiers sur ce protocole d’entente. « Le montant de ces quatre projets n’est pas encore spécifié. Mais il frise le milliard de dollars US», a confié au journal une source proche du dossier. « Ce n’est pas encore coulé dans le béton de contrats bien ficelés, toutefois je peux vous dire que pour la construction de la route carrefour/Port-de-Paix on considère comme base de travail l’évaluation de la BID estimant ces travaux à 150 millions de dollars », a expliqué cette source. Pour la construction d’infrastructures agricoles on table sur 400 millions de dollars et 290 millions pour le projet de réhabilitation et d’agrandissement de l’aéroport international Toussaint Louverture, a détaillé la source, révélant que la première banque chinoise, ICBC (Industrial and commercial bank of China), offrira à hauteur de 85 % les prêts. Le taux d’intérêt de lCBC est de 3,5 %. En mai 2015, des hauts responsables de ICBC et CACS, la firme de construction chinoise, ont rencontré, entre autres autorités, le président Michel Martelly, a confié cette source au journal. Sur la liste des projets, le journal apprend également que Sinohydro avance dans le processus du financement du projet de construction du barrage hydroélectrique Artibonite 4 C. Globalement, selon la source du journal, les entreprises chinoises entendent effectuer les études, trouver les financements et exécuter. Le projet de téléphérique reliant Labadie à la Citadelle ne laisse pas indifférente la ministre du Tourisme, Stéphanie B Villedrouin. Il faut trouver un moyen pour que le plus de touristes de la Royal CARRIBEAN visitent la Citadelle. Dans l’état actuel, en dépit des investissements dans la baie de l’Acul, le transport représente 4 heures dans la journée de moins de 8 heures d’un touriste à Labadie, a expliqué la ministre, qui n’a pas les détails techniques et financiers du projet que certains estiment « utopique », vu la distance. Pour l’aéroport, certains s’interrogent aussi sur le volume du trafic. On table sur 2.5 millions de voyageurs en 2018, 4.5 millions en 2025 et 6 millions de passagers en 2035 pour justifier le projet à trois phases de construction d’un aéroport qui coûterait 757 millions de dollars, selon les estimations effectuées par les porteurs du projet. L’étude de marché, l’analyse des coûts et des opportunités doivent être faites parce que nous parlons de prêts, pas de dons, a souligné un spécialiste du secteur au journal.

credit:lenouvelliste/article/150351/La-Chine-met-la-main-dans-nos-infrastructures-publiques

You can leave a response, or trackback from your own site.

Leave a Reply

rfwbs-sliderfwbs-sliderfwbs-sliderfwbs-sliderfwbs-sliderfwbs-sliderfwbs-sliderfwbs-sliderfwbs-sliderfwbs-sliderfwbs-sliderfwbs-sliderfwbs-sliderfwbs-sliderfwbs-sliderfwbs-sliderfwbs-sliderfwbs-sliderfwbs-slide